PEINTURES Série 1 - Travaux RÉCENTS Accueil

Ces dernières créations occupent une place particulière et inattendue car rien a priori ne m’attirait dans le travail des aplats. Une démarche que j’associais de manière purement culturelle, donc non réfléchie, au « coloriage » et dès lors à l’enfance et ses raccourcis. Et puis vînt l’idée des « Gracieuses » presque par goût du risque bien qu’illustrer la vie quotidienne d’héroïnes équipées d’un Q.I de hamster soit aussi convenu que la misogynie chez certains intellectuels ou la blague de blonde qui en est la version sucrée tout terrain.

Les gracieuses terminées, vinrent d’autres projets où les sujets s’exposeraient avec la même radicalité picturale, la même frontalité dépourvue de sophistication forcément affaiblissante dans ce type de discours quand la géométrie impose sa dictature. Car le sujet surgit sous l’effet de sa propre propulsion. L’immédiateté des couleurs clairement assumées et la construction claire dénuée de détails gratuits confèrent ce pouvoir d’autonomie et prétendent livrer au premier regard l’intégralité du sens. Caractéristique qui est d’ailleurs le propre de l’affiche car on peut voir une certaine parenté.

Si d’un point de vue formel la fabrication de ces aplats n’est pas à proprement parler ce qu’il y a de plus excitant à réaliser, l’effet produit sur moi a posteriori quand je les regarde, de par la tyrannie de l’architecture, le calcul des espaces auquel j’apporte le soin le plus maniaque et la recherche du bon équilibre des éclairages justifie le renoncement momentané au mystère visuel que la peinture donne traditionnellement à décrypter par le flou et l’allusif. Les pièces présentées en sont d’ailleurs la négation. Ici tout est dit. Même les dégradés sont réalisés à partir de paliers, créant ainsi une vibration dans le but de renforcer la dynamique d’ensemble.