Organiser le néant. L’esthétiser sous la pression psychologique corollaire d’une quête dont on comprend assez vite que la finalité est d’en demeurer une. Construire sa vie autour de cette obsession. Se détourner du reste ou le voir sans le regarder.

Je me suis maintes fois interrogé sur la stratégie occulte de ces lignes de force quand j’investissais mon quotidien dans l’écriture de mes Opéras ou de mes romans alors que corrélativement je privais ma carrière de baryton d’une énergie essentielle. Celle qui appuie assez le pied pour laisser l’empreinte. Mais on ne peut pas s’interroger sur tout n’est-ce pas. Tout n’est pas voué à l’explicable. Alors autant se soumettre à l’autorité d’une sorte de « destin », cette façon discrètement mystique de nommer ce qui n’est souvent qu’une absence d’alternative à des moments-clés de la vie.

Cependant il arrive que les schémas prédisposant traditionnels soient de la partie et dans mon cas il faut bien avouer que tout correspondait : formatage scolaire invalidé chez moi par une précoce indifférence aux fondamentaux sociétaux, plus tard intégration problématique dans tout groupe social durablement tout du moins autant par aversion de la compétition que de la médiocrité morale dont c’est souvent la conséquence sinon le substrat. Bref dans une société humaine fédérée par la pensée collective et la détestation de la singularité, tout y était pour creuser le lit d’une vie rarement au format du confort et qui devrait se doter d’une force d’autonomie ainsi que de sérieuses aptitudes à l’autodidactie. L’expérimentation de mon existence me démontrerait plus tard que je pourrais effectivement compenser et qu’il me suffirait de répondre à l’appel de mes muses pour qu’une vie annoncée comme une morne ballade dans la matérialité ne devienne un voyage fascinant dans l’interprétation de l’indicible.

Mais comme faire mon auto-bio n’est pas l’objet de ces lignes, je vous laisse découvrir une sélection de mon travail dédié à l’image alors que l’ancienne version de ce site l’était à mon parcours de compositeur et d’artiste lyrique. Parcours d’une girouette sans doute dans un pays où avoir plusieurs casquettes est toujours suspect. « Cela part dans tous les sens » comme on dit, mais j’ai beau trouver défendables toutes les définitions pourvu qu’il en existe des illustrations dans la nature, l’imagination, si elle ne part pas dans tous les sens, je me demande alors bien ce que c’est. Et encore je n’ai fait figurer ni mes bd ni mon travail photo ni mes romans dont certains publiés.

Voilà ce qui me semblait utile de préciser en introduction. Incidemment que je suis né à Paris, que j’y suis resté jusque récemment où j’ai rejoint le « bout de la terre » (j’adore cette formule) en Normandie. Falaises et engueulades de mouettes compensent avantageusement la perte d’une capitale aisément remplaçable sur des plans devenus essentiels à mes yeux d’aujourd’hui bien que je reste fondamentalement un citadin.

Dominique Dupray Peintures Contact Peintures photographiques Peintures Série 1 Photographies2 Série 2 Photographies1 Série 2 Série 1-Travaux récents Peintures Peintures - Série 2